choisissez votre langue
 
 
 
 

Très Saint Père,

En vue du Synode sur la famille d’octobre 2015, nous nous adressons filialement à V.S. pour lui manifester nos appréhensions et nos espérances concernant l’avenir de la famille.

Nos appréhensions viennent de ce que nous assistons depuis plusieurs dizaines d’années à une révolution sexuelle qui mine progressivement l’existence même de la famille comme cellule de base de la société, sous l’effet d’une alliance entre de puissantes organisations et des forces politiques et médiatiques.

 Depuis la Révolution de 1968, une évolution graduelle et systématique de mœurs opposées à la loi naturelle et divine nous est infligée de force et se révèle si impitoyable qu’on en vient, par exemple, à enseigner en de nombreux établissements scolaires l’aberrante “l’idéologie du genre”, et ce dès l’enfance.

Devant cet obscur tableau idéologique, l’enseignement catholique sur le Sixième Commandement de la Loi de Dieu est comme une torche enflammée qui attire de nombreuses personnes – saturées de propagande hédoniste – vers le modèle chaste et fécond de famille prêché par l’Évangile et conforme à l’ordre naturel.

Sainteté, sur la base des informations véhiculées à l’occasion du dernier Synode, nous constatons avec douleur que, pour des millions de fidèles, la lumière de cette torche a semblé vaciller face aux vents malsains de modes de vie propagés par des lobbies anti-chrétiens. En effet, nous remarquons une désorientation généralisée causée par l’éventualité qu’au sein de l’Église se soit ouverte une brèche permettant l’acceptation de l’adultère – moyennant l’admission à l’Eucharistie de couples divorcés civilement remariés – et jusqu’à une virtuelle acceptation des unions homosexuelles, pratiques condamnées de façon catégorique comme contraires à la loi divine et naturelle.

Et c’est paradoxalement de cette désorientation que jaillit notre espérance.

Car, dans cette situation, seule Votre parole éclairante sera capable de faire refluer la confusion grandissant parmi les fidèles. Elle empêcherait que l’enseignement de Jésus-Christ lui-même soit relativisé et dissiperait les ténèbres qui se projettent sur l’avenir de nos enfants, dans le cas où la torche cesserait d’illuminer le chemin.

Cette parole, Très Saint Père, nous la requérons le cœur plein de dévotion pour tout ce que vous êtes et représentez, sûrs qu’elle ne pourra jamais dissocier la pratique pastorale de l’enseignement légué par Jésus-Christ et vos prédécesseurs, dissociation qui ne ferait qu’augmenter la confusion. Jésus nous a très clairement enseigné, en effet, la cohérence qui doit exister entre la vérité et la vie (cf. Jn 14, 6-7) de même qu’Il nous a averti que seule la mise en pratique de sa doctrine permet de ne pas succomber (cf. Mt 7, 24-27).

En implorant la Bénédiction apostolique de Votre Sainteté, nous L’assurons de nos prières auprès de la Sainte Famille – Jésus, Marie et Joseph – pour que celle-ci L’illumine dans ces circonstances cruciales.

Appel de S. Em. le cardinal Raymond Leo Burke à tous les catholiques


 

           Dans une époque pleine de confusion, comme on le voit avec la théorie du genre, nous avons besoin de l’enseignement de l’Église sur le mariage. Or, nous sommes au contraire poussés dans une direction visant à admettre à la communion des personnes divorcées et remariées. Sans compter cette obsession d’alléger les procédures d’annulation du lien du mariage. […]

 

Je suis donc très préoccupé, et j’appelle les catholiques, les laïcs, prêtres et évêques, à s’impliquer, d’ici à la prochaine assemblée synodale, afin de mettre en lumière la vérité sur le mariage.

 

(Extraits d’une entrevue donnée à Rome à Jean-Marie Guénois Le Figaro Magazine;19 décembre 2014, p. 46.)

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

 

Des milliers de nouveaux signataires demandent au Pape une déclaration solennelle pour sortir l'Église de l'impasse synodale

 

Rome, le 22 octobre 2015 – Après avoir délivré le 29 septembre dernier 790 150 mille signatures à la Secrétairerie d’État du Vatican, l’association Filiale Supplique vient de transmettre 68 052 nouvelles adhésions pour demander au Pape François une  « parole éclairante », seule « capable de faire refluer la confusion grandissant parmi les fidèles » concernant  l'acceptation des relations homosexuelles et l’admission à l’Eucharistie des couples divorcés remariés, puisqu’elle « ne pourra jamais dissocier la pratique pastorale de l’enseignement légué par Jésus-Christ ».

 

L’opportunité de la demande s’est révélée encore plus actuelle à la vue du déroulement du Synode qui arrive à sa fin. Selon la colonne éditoriale d’une revue américaine de tendance notoirement « novatrice », « à mi-parcours de l’Assemblée générale du Synode des évêques sur la Famille, règne la confusion, voire le chaos, selon les dires d’un père synodal. Et cette confusion provient de la crainte : crainte de l’incertitude et de l’inconnu ».


Il n’y a de quoi s’étonner. Sous prétexte d’employer un langage pastoral plus inclusif, des figures de premier plan du Synode sapent à leur racine des concepts fondamentaux de la morale catholique tels « l’indissolubilité » du mariage, la nature « intrinsèquement désordonné des relations homosexuelles », la qualification d’ « adultère » pour les mariages civile après un divorce et même l’aphorisme « il faut aimer le pécheur, mais haïr le péché ». Davantage de confusion a été par la proposition de « décentraliser » la praxis pastorale envers les divorcés remariés et les unions homosexuelles, ce qui conduirait inévitablement à des divergences et des scissions.


Pour les coordinateurs de la Filiale Supplique il devient impératif que, comme cela s’est déjà produit maintes fois dans le passé, ce soit le Pape François lui-même qui, en tant que juge suprême de la foi et en utilisant la plénitude de son pouvoir de successeur de saint Pierre, tranche de façon nette les questions de foi et de morale émergées au cours du Synode et qu’il le fasse de façon claire, solennelle et irrévocable: Roma locuta, causa finita.


Personnalités signataires
 

The Most Rev. Aldo di Cillo Pagotto,

SSS, Archbishop of Paraíba (Brazil)

*

The Most Rev. Robert F. Vasa,

Bishop of Santa Rosa, California (USA)

*

The Most Rev. Athanasius Schneider,

Auxiliary Bishop of Astana (Kazakhstan)

*

Senator Vicente C. Sotto III,

Senate of the Philippines

*

Ruza Tomasic,

Member of the European Parliament (Croatia)

*

Dr. Adolpho Lindenberg,

President of the Plinio Corrêa de Oliveira Institute (Brazil)

*

Beatriz López Sandoval,

Director of The Family Matters (Guatemala)